Les axes scientifiques du projet AsileuropeXIX

Le projet AsileuropeXIX poursuit quatre objectifs scientifiques essentiels qui permettront d’étudier les transformations des politiques et dispositifs de contrôle migratoire au XIXe siècle et de montrer comment ceux-ci ont été infléchis par l’admission d’exilés dans les pays d’asile d’Europe occidentale et méridionale.

I. La nécessaire prise en considération du lexique.

Étudier l’accueil des exilés politiques dans l’Europe du XIXe siècle implique d’abord d’analyser le lexique employé pour désigner ces étrangers d’un genre particulier. En France, par exemple, tandis que le terme « exilé » était essentiellement utilisé dans le vocabulaire politique et artistique pour insister sur la dimension héroïque de cette figure, le « réfugié », peu à peu employé comme un substantif, relevait avant tout du lexique administratif. Du côté britannique, en revanche, les questions lexicales se posaient sous un tout autre angle puisque refugee est un substantif usité dès la fin du XVIIe siècle, depuis l’épisode du refuge protestant provoqué par la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV. Un tel travail sur le vocabulaire européen de l’exil, sous-tendu par l’hypothèse selon laquelle les statuts des exilés ne sauraient être saisis sans une prise en compte des termes par lesquels ils étaient alors désignés, s’appuiera sur un large corpus de sources : encyclopédies, dictionnaires administratifs, recueils de circulaires, mais aussi littérature grise administrative.

 

II. Le filtrage des entrées d’exilés politiques aux frontières.

Un second pan des recherches concernant l’accueil réservé aux exilés et réfugiés étrangers dans les pays d’Europe occidentale portera sur les dispositifs de contrôle administratif et sanitaire aux frontières, au moment de l’arrivée de ces étrangers, au terme d’un voyage d’exil qu’ils effectuaient à pied, par bateau ou par chemin de fer à partir du milieu des années 1840. Il s’agira d’interroger le contrôle des exilés par le biais de l’instrument de surveillance par excellence qu’était le passeport, qui permettait une forme d’identification, certes déficiente, des individus. La position suivie par les administrations européennes sera examinée à travers les fonds diplomatiques et policiers, mais une attention sera également prêtée à l’échelon local pour mettre au jour la liberté d’adaptation des principes définis dans les capitales, que ce soit dans les villes, départements ou provinces frontières ou dans les espaces coloniaux, laboratoires des politiques migratoires adoptées dans les métropoles.

III. Les dispositifs d’accueil des réfugiés

Si l’on ne peut guère parler de « politiques d’asile » au sens propre pour qualifier les mesures alors adoptées en Europe pour recevoir les exilés, étant donné l’absence de définition internationale et juridique de l’exil ou de l’asile, ces dispositifs souvent tâtonnants, qui s’influençaient les uns les autres, peuvent être analysés selon une démarche comparative et transnationale. Se pose d’abord la question de savoir si ces pays d’accueil choisissaient ou non de secourir financièrement ces étrangers, choix d’autant plus crucial que l’assistance publique à l’égard des nationaux n’était guère développée à l’époque. Souvent corollaire du soutien pécuniaire octroyé aux réfugiés, les politiques de regroupement géographique de ces étrangers méritent aussi d’être interrogées. Enfin, pour dépasser une analyse des dispositifs d’accueil qui n’envisagerait que l’action des États en direction des réfugiés, l’équipe élaborera enfin une typologie des initiatives prises par les sociétés civiles européennes pour faciliter leur arrivée (formation de comités, organisation de souscriptions, sociabilités informelles, création d’écoles, fondation d’églises ou d’institutions de charité), ou au contraire pour dénoncer leur présence (écriture de pétitions, recours à la violence).

IV. Le contrôle migratoire a posteriori

Une dernière piste suivie pour aborder les dispositifs d’accueil et de sélection des réfugiés s’appuiera sur l’hypothèse développée par Paul-André Rosental, selon laquelle au cours du premier XIXe siècle, la sélection des migrants appelés à rester dans les pays d’immigration se serait essentiellement faite a posteriori et non au moment du franchissement des frontières. Le filtrage des flux d’entrée ne constituait pas le seul instrument à la disposition des États, qui disposaient d’autres outils de régulation : au premier chef, la mesure d’expulsion, décision judiciaire ou simple mesure de police selon les États, mais aussi l’incitation au départ ou même le bannissement d’exilés politiques accueillis par une métropole vers sa ou ses colonies. Afin d’étayer les hypothèses avancées sur ces différents outils du contrôle migratoire – contrôle des passeports aux frontières, mesures d’expulsion, incitations au départ vers les colonies –, l’équipe entreprendra un travail d’analyse quantitative, qui s’attachera notamment à reconstituer le nombre d’exilés et réfugiés politiques frappés par une mesures d’expulsion dans deux pays d’asile européens considérés (France et Belgique).


Delphine Diaz

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, Laboratoire CERHIC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *