« Les camps de réfugiés sont là pour rester », entretien avec Cyrille Hanappe (par Ivan Jablonka)

Les côtes du nord de la France forment depuis le début du XIXe siècle  une zone de passage privilégiée par les migrants qui souhaitent rejoindre l’Angleterre. Elles constituent aussi une zone-tampon où se regroupent pour une durée souvent indéterminée des populations d’origines et de statuts divers. Comment se sont constitués et organisés les camps de réfugiés du nord de la France aux différentes époques? Dans quelle mesure ces regroupements d’habitats précaires peuvent-ils être pensés comme des prolongements urbains ou des entités urbaines à part entière? Envisager la frontière franco-britannique, et plus largement les lieux de passage des exilés, dans la longue durée est l’une des ambitions du programme AsileuropeXIX. Le site laviedesidees.fr publie aujourd’hui un entretien avec Cyrille Hanappe, architecte et enseignant à l’école nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, réalisé par l’historien Ivan Jablonka. Il nous éclaire sur l’histoire du centre de Sangatte et du camp de Grande-Synthe et invite à ré-interroger la place des camps de réfugiés dans la formation des espaces urbains.

Voir l’entretien complet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search