Appel à communications, « Les migrations de travailleurs européens sur le continent, de la période moderne au milieu du XXe siècle », 2-4 novembre 2017, Paris

Les migrations de travailleurs européens sur le continent, de la période moderne au milieu du XXe siècle

Coordinateurs : Philippe Rygiel (Ecole normale supérieure de Lyon), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne / University College London)

Organisée par l’European Labour History Network.

En 1951, Eric Hobsbawm expliquait que l’histoire du travail était une histoire de mouvement constant – une thèse confirmée depuis. Entre 1840 et 1940, quelque 50 millions d’Européens émigrèrent vers les Amériques. Ce flux inédit dans l’histoire de l’humanité transforma non seulement le Nouveau monde mais aussi l’Europe, où dans certains pays, jusqu’à un tiers de la population émigra. Bien qu’une partie de ces émigrants n’étaient pas des travailleurs, nombre l’étaient. En outre, des travailleurs émigraient au sein des régions et des pays européens, des campagnes vers les villes, vers les régions industrielles, les chantiers, les ports et les mines. Des millions de travailleurs émigraient également de manière temporaire ou saisonnière.

Cet atelier se concentre sur les migrations de travail au sein de l’Europe. Celles-ci sont maintenant mieux connues, mais bien des questions restent à explorer. Cet atelier s’intéressera à la période qui va de l’époque moderne au milieu du XXe siècle. Il abordera certaines des questions suivantes :

  • Périodisation : de la période moderne au milieu du XXe siècle, y a-t-il des continuités ?
  • Définitions : comment définir les « migrations de travail » comme des processus spécifiques, différents des autres flux
  • Quantification : peut-on mesurer l’étendue des migrations de travail au sein de l’Europe ?
  • Les autorités et les migrants
  • Modalités pratiques : que furent les mécanismes pratiques des migrations de travail ? quel rôle jouèrent les entrepreneurs, les agents, les journaux, les lettres d’émigrants ?
  • L’intégration et le rejet des émigrants
  • Les pratiques religieuses, culturelles, de loisir des migrants et les transferts qu’ils ont permis
  • Les pratiques et les transferts associatifs et politiques

Appel à communications : envoyer un résumé et une courte note bio-bibliographique d’ici au 31 mai à Fabrice Bensimon  (f.bensimon@ucl.ac.uk) ou Philippe Rygiel (rygiel.philippe@wanadoo.fr)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *